Le design japonais

Le design japonais

Cette fois-ci j’ai envie de partager avec vous ma lecture autour du design japonais. J’ai reçu pour mon anniversaire un très très beau livre qui s’appelle : « Le design japonais depuis 1945 ». Ce livre est vraiment complet avec la présentation des designers, leurs parcours et leurs créations. Le texte est accompagné par de nombreuses photos de belle qualité.

Je ne suis pas fan ni d’électrotechnique ni de manga. Deux domaines qui ont fait connaître Japon dans le monde entier. Par contre, j’ai toujours été très sensible à l’art japonais tous domaines confondus – l’écriture, les tissus, la céramique, l’architecture, les dessins animés….Cependant, je ne me rendais pas compte de ce qui me rendait si réceptive. En lisant mon livre, j’ai pu comprendre comment le designer japonais est tiraillé entre les tendances du monde occidental et l’énorme savoir faire traditionnel artisanal japonais. Je crois qu’il est là le pont qui me relie au design japonais. Car finalement nous pouvons trouver cette cohabitation entre le monde moderne et l’artisanat aussi dans le design tchécoslovaque ou scandinave.

Même en dehors des objets, un certain art de vivre ainsi que la philosophie japonais me parlent. Le wabi sabi avec la sublimation de l’imparfait et la notion de l’éphémère. Le kintsugi qui permet de réparer les objets abîmés en soulignant justement les cassures d’une manière noble. Nous pouvons transposer ces deux arts au niveau relationnel, ils peuvent nous guider dans nos vie. Ils nous donnent la possibilité de nous attacher aux autres d’une façon juste et non destructrice, à nous accepter avec nos qualités et nos défauts. Mais surtout, ils sont loin de la perfection et permettent la réparation !

J’aimerais bien vous présenter enfin les bases et la vision du design japonais tel que je l’ai découvert dans mon livre. Tout d’abord, la première caractéristique est l’admiration de l’artisanat. Les Japonais aiment voir dans leurs objets « la main de l’ouvrier », sa précision, la beauté des matériaux. Ils aiment reproduire à l’infini l’ancien en le normalisant (p.e. le tatami qui doit être toujours de la même taille). Mais surtout ils en inspirent pour de nouvelles créations. La tradition est là mais elle évolue constamment.

Paradoxalement, concernant la fabrication au Japon, nombreux objets sont produits en masse et industriellement. Mais finalement, pour les japonais, cela ne s’oppose aucunement à l’artisanat car même un robot ou une machine sont guidés par la main et l’œil d’un ouvrier. Le fait main n’est pas seulement un acte physique mais aussi un état d’esprit.

La conception du design est tardive au pays du soleil levant par rapport aux USA ou l’Europe. Effectivement, à la fin du 19ème siècle, pendant la période Meiji, le Japon a beaucoup exporté en Europe. Par contre il s’agit des produits « japonisants » qui ont été adaptés aux goûts des occidentaux. Toutefois, comme en Tchécoslovaquie, c’est après la seconde guerre mondiale que le Japon a besoin de se reconstruire. C’est à ce moment que le gouvernement investit dans le développement du design. La priorité est donné davantage à la fonction des objets. Le Japon collabore étroitement avec les USA dans sa reconstruction. De ce fait, toute la société est influencée par le mode de vie américain.

Dans les années 1950-60 le Japon s’inspire également du savoir faire scandinave et dans la décennie 1970 de l’exubérance du design italien. Tout d’abord, c’est le design graphique qui est très actif pour justement promouvoir les nouveaux fabricants, les nouveaux objets. Les designers essaient de moins imiter les occidentaux. L’importance est donnée à l’invention et l’originalité. C’est notamment grâce aux JO de Tokyo en 1964 et les expositions universelles que les produits japonais se font connaître.

Les années 1980 sont marquées surtout par l’industrie électronique. On peut aussi observer une tendance « ostentatoire » du design japonais qui ne reflète pas tellement la mentalité nipponne. Après ces années de croissance, le Japon connaît un ralentissement industriel ainsi que le vieillissement de ses installations. Les jeunes designers ne trouvent plus d’emploi et sont obligés d’ouvrir leur propres studios. Par contre, le design se tourne vers une expression plus sobre, la forme et la fonction deviennent à nouveau primordiales.

Dans les années 2000 une collaboration étroite se met en place entre les jeunes talents et les usines en perte de vitesse pour revitaliser l’industrie. Les objets sont repensés, adaptés à la nouvelle ère. Le design doit devenir un art de vivre, c’est l’expérience qui compte et non seulement la forme.

En lisant cet ouvrage, certains concepts m’ont touché davantage. Déjà, le concept de l’entreprise Muji est assez fort : « Parfois, la simplicité surpasse la splendeur. » Les produits de Muji sont reconnaissables par leur discrétion – couleurs neutres et formes douces. L’accent est mis sur la fonctionnalité.

Le designer Mikiya Kobayashi dit : « Si on trace une belle ligne, l’espace autour est beau aussi. » Ses créations sont sobres, épurées et respectueuses de l’environnement. Il a par exemple développé une gamme d’équipements sportifs qui sont fonctionnels mais également esthétiques.

Un autre designer, Masahiro Mori s’inspire dans son approche de la vaisselle de ses observations menées lors de la seconde guerre mondiale et notamment des avions: « Une hélice est très belle, parce qu’elle présente un équilibre parfait entre la forme et la fonction. »Il souhaite que la vaisselle ne se différencie pas seulement par des décors de surface.

Le designer de textile Hiroshi Awatsuji explique : « J’ai toujours pensé que les textiles devraient être plus dynamiques que tout ce que j’avais vu jusqu’à présent, et cette idée est peu à peu devenue une sorte d’obsession. » Sa créativité s’exprime tout d’abord dans le tissu mais également dans la céramique ou les meubles. Il aime les couleurs éclatantes – jaune brillant, rouge vif ou encore bleu profond.

Bon, bon…..voici une très très brève synthèse du livre faite par moi et donc avec ma sensibilité. D’autres personnes auraient pu peut être souligner d’autres atouts du design japonais et vous présenter d’autres designers. De toute façon, si la lecture de mon article vous a plu mais n’a pas tout à fait satisfait votre curiosité, je vous recommande vraiment ce livre sur le design japonais !

Commentaires (1)

  1. J adore le contenue de cette boutique en ligne. Tout ce que vous postez dans le blog est INCROYABLE. Continuez comme sa

Leave a comment