Luminaires anciens et vintage de Kamenicky Senov.

Luminaires anciens et vintage de Kamenicky Senov.

Cette fois-ci je souhaite vous raconter l’histoire des luminaires anciens et vintage de Kamenicky Senov. Pourquoi ? Pour deux raisons. Tout d’abord, quand j’étais petites, dans les familles « aisées » je pouvais admirer ces magnifiques lustres en cristal. Et puis, j’ai de la chance de vous présenter quelques luminaires vintage et design  issus de cette fabrique dans ma boutique. Il s’agit notamment de ceux qui ont été dessinés par Pavel Grus.

Avant de me lancer dans l’histoire des luminaires anciens et vintage de Kamenicky Senov, je dois m’arrêter  sur la tradition de la verrerie  en Tchéquie. C est la famille Wander qui crée la première forge royale tchèque en 1548, autour de laquelle va se développer « la vallée du cristal ».  L’art verrier se transmet de génération en génération. Le savoir faire se manifeste tout d’abord dans les premiers verres et décorations. Et au 17ème siècle se poursuit par la qualité des premiers graveurs du cristal. Le cristal tchèque est très pur et dur, il ressemble au cristal naturel des montagnes environnantes. Ses qualités permettent de le travailler. La gravure et la taille lui donnent  une luminosité et brillance exceptionnelles.

La fabrication et le commerce  des luminaires en cristal s’installent à Kamenicky Senov (nord de la  Tchéquie) et ses environs vers 1725. C’est Josef Palme qui s’y spécialise  en premier  et qui  arrive à les exporter dans toutes les cours européennes. Ses lustres décorent les palais en Scandinavie, Russie, Turquie, Espagne et même en France. Au départ, le lustre est composé d’une tige centrale. Mais au milieu du 18ème siècle, on invente la forme de « poire » sans cette tige centrale. Cette nouvelle création est présentée lors du couronnement  de Marie Thérèse en 1743.  Il faut savoir que la fabrication des lustres en cristal demande un verre de très bonne qualité mais aussi un ouvrier qualifié pour l’assemblage de tous les éléments.

Au 18ème siècle on fabrique également les lustres avec les bras courbés tout en verre sans la construction métallique. Nous pouvons observer une grande richesse dans les formes et les décors. Un lustre peut être composé de  nombreux bras avec des guirlandes et des chaines  en cascades. Les manufactures s’adaptent aussi aux demandes particulières  venues de l’étranger.

Les luminaires en cristal sont très convoités également au 19ème siècle mais ils adaptent aux nouveaux styles de l’époque. Leurs formes, les décors, la gravure et la taille s’assagissent.  Au début de ce siècle par exemple, une nouvelle forme apparait sous l’ influence du style « biedermeier». Elle ressemble donc à un panier couvert des perles en cristal enfilées. Plus tard, on s’inspire du style baroque et rocaille. La fabrication de ces lustres se concentre toujours autour de Kamenicky Sanov et Novy Bor. Pour autant nous pouvons trouver des fabricants talentueux aussi à Jablonec nad Nisou.

Avec l’arrivée du gaz et de l’électricité, la fabrication des lustres en cristal laisse sa place aux lustres en verre soufflé. Pour autant, les luminaires en cristal ne disparaissent pas complètement, ils bénéficient toujours de leur statut de lustres pour les intérieurs luxueux. A la fin du 19ème siècle, les luminaires électriques  hybrides font leur apparition. Ils combinent les deux modes de fabrication : le cristal et le verre soufflé. On arrive aussi à baisser les coûts de fabrication grâce à la découverte de la technologie du verre pressé.

En 1849 Elias Palme fonde à Kamenicky Senov la fabrique Elias Palme & Co avec laquelle il continue la tradition familiale dans les lustres en cristal débutée par Josef Palme. Ses produits sont appréciés lors des expositions mondiales à Vienne en 1873 ou à Barcelone en 1888. Pendant  cette période de franc succès, l’usine emploie jusqu’à 500 salariés. Elle valorise  ce territoire du nord de la Tchéquie. Cette fabrique subit comme tant d’autres la nationalisation après l’arrivée des communistes au pouvoir.  Sa production s’arrête en 1972. Ensuite, on l’utilise comme un espace de stockage et son état se dégrade de plus en plus. Même le statut de monument culturel qu’elle obtient en 2007 n’aide pas à sa préservation.

Pour garder et transmettre le savoir faire aux novelles générations, en 1856 on ouvre à Kamenicky Senov une école en verrerie, première au monde. Cela reflète aussi l’importance de cet art dans la région. Vingt ans plus tard, à Jablonec nad Nisou, on crée également une école de bijoutier.

Aujourd’hui, c’est juste le nom  du fondateur  écrit sur un mur de l’usine qui rappelle sa création au 19ème siècle. La manufacture fabrique des luminaires jusqu’à 1972, ensuite elle change régulièrement de propriétaire pour se retrouver presque en ruine actuellement. Cependant, la tradition de verre perdure à Kamenicky Senov jusqu’à présent par exemple grâce à la verrerie Preciosa – Lighting des frères Jilka. En plus, Tereza Svachova, une jeune architecte souhaite réhabiliter les restes du bâtiment en y créant un musée des lustres, un espace d’échange et de partage qui manque dans la ville de Kamenicky Senov. Elle veut mettre en valeur la période dorée de l’industrie de sa ville et même de la région. Son projet a besoin de financement mais il est déjà soutenu par la Mairie, le  département et les sociétés privées installées dans la ville.

Dans ma boutique je vous présente quelques luminaires fabriqués par Kamenicky Senov dans les  années 1970 et dessinés par Pavel Grus. D’autres devraient arriver ! Ce sont leurs formes, les couleurs peps et la qualité des matériaux et du montage qui m’ont séduite. J’espère qu’ils vont vous plaire aussi !

Leave a comment