Vaclav Kautman. Ses influences dans le design slovaque.

Vaclav Kautman.

Vaclav Kautman est né en 1922 à Brno en Tchéquie et mort en 1981 à Bratislava en Slovaquie.

C’est un sculpteur, designer, chercheur, pédagogue, il fait des expositions et travaille également dans l’édition. Son œuvre est absolument liée à son amour pour le bois et la nature plus généralement. C’est lors de ses études à Brno et plus tard à Prague qu’il fait connaissance avec le bois comme matériel plein de caractéristiques différentes et  d’une grande valeur esthétique. Il y apprend des techniques classiques. Les deux villes sont les centres tchèques du fonctionnalisme où on se questionne sur la nouvelle culture du logement et sur la part de l’industrialisation dans l’art. Tous ces courants influencent évidemment sa créativité. Tout de suite après ses études, il intègre en Slovaquie ULUV en 1950. Il gère la section « bois » et devient son principal dessinateur. D’ailleurs, il crée en 1951 le premier symbole d’ULUV.

Dès le début, il est fasciné par l’habilité des artisans, il admire les formes judicieuses des objets utilitaires. Avec eux, il apprend des vieilles techniques dans le travail du bois.  Il collabore avec d’autres artistes d’ULUV comme par exemple Viktor Holubar-Holestak. D’ailleurs, pendant cette période, il crée des petits objets d’art de la table comme des salières, des bougeoirs, des boîtes ainsi que ses fameuses sculptures d’animaux, notamment des poissons et  des oiseaux. Il exprime à travers cette production son envie de formes stylisées, simples et modernes. En plus, il utilise toutes les techniques possibles, même très anciennes, et des essences de bois variées. Son travail peut être défini comme une recherche d’harmonie, un lien entre les caractéristiques naturelles d’un matériau vivant et la sensibilité créative de l’auteur.

En même temps, Vaclav Kautman crée une collection surprenante de savons qui doivent être esthétiques et originaux. Ils ont souvent une forme géométrique ou organique pour mieux s’adapter à la préhension de la main humaine. Les savons pour enfants sont un peu plus attractifs. Il les imagine alors avec la forme de poisson pour que l’enfant ait envie de l’utiliser.

Kautman utilise certaines techniques pour créer notamment des luminaires – abat-jours pour les suspensions, les lampes de table ou lampadaires. Par exemple, il s’inspire de la technique  de division d’une buche de bois en petites lamelles. Le bois idéal pour ce travail est le bois de sapin.

Lors de cette période,  il se prépare pour l’Exposition de Bruxelles en 1958 sur le thème de l’artisanat populaire. Il expose aussi à Liège, Londres, Berlin, Stockholm et Florence. En 1967 il devient même le curateur de l’Exposition mondiale de Montréal. Son travail est mondialement salué.

Vaclav Kautman devient professeur à  l’Université des Beaux Arts de Bratislava à la fin des années 1950. Il y crée la Section de sculpture des objets industriels ce qui deviendra plus tard la section du design. Pendant cette période, il commence à se détourner d’une production d’objets utilitaires et passe alors plus de temps dans la création libre. Il sculpte les nus féminins mais toujours en bois. Il continue à créer des animaux mais moins stylisés qu’au début de son œuvre.

Kautman publie dans les années 1950 les résultats de ses recherches sur le terrain dans les livres : « Bacovsky riad » et « Hudobne a zvukove nastroje v slovenskej ludovej umeleckej vyrobe ».  Dans ces deux livres, il observe la technologie de la fabrication, la relation entre le matériau et le travail des artisans sculpteurs en bois. Il  publie également avec Jan Okrycky le livre «  Vytvarnik a drevo » en 1976. Dans cette publication il exprime sa passion pour le bois mais dévoile aussi ses expériences avec les essences de bois diverses.

Si nous cherchons des inspirations étrangères dans sa création, le design scandinave lui parle pour sa tradition et ses attaches à la nature. Il apprécie aussi le travail du designer japonais Nakashima.

Il faut cependant souligner que le travail de Vaclav Kautman, surtout sa création libre, n’est toujours pas appréciée à sa juste valeur en Slovaquie. Pourquoi ? Car il s’agit d’un artiste solitaire qui ne se soucie pas des tendances de son époque. D’ailleurs, en Slovaquie, au niveau de son talent, il n’y a pas eu de prédécesseurs ni personne pour poursuivre son travail. Son seul maître reste la nature et l’artisanat populaire. Jozef Vydra l’appelle « Poète de bois » !

Leave a comment