Crochet. Peu d’histoire, un peu plus de recyclage et mes inspirations.

Crochet. Peu d'histoire, un peu plus de recyclage et mes inspirations.

En écrivant cet article sur le crochet, je me suis  rendue compte que plusieurs textes abordent déjà le sujet de l’histoire de cette technique. C’est pour cela que je vais juste faire un petit résumé de tout ce que j’ai appris dans l’introduction suivante.

Tout d’abord, nous ne savons pas établir clairement d’où le crochet vient. Cependant, je peux citer les hypothèses existantes : la Chine, le Pérou, la Tunisie… En tout cas, les premiers témoignages viennent de la fin du Moyen âge. Ce sont les religieuses qui l’enseignent dans les couvents aux jeunes filles de bonnes familles. Ensuite, c’est surtout la noblesse qui le pratique. Au 19.siècle, le crochet est mécanisé mais l’industrialisation est peu à peu abandonnée et on revient à la pratique artisanale. Enfin, cette technique est utilisée dans la mode, même par des grands créateurs mais également dans la décoration d’intérieur ainsi que dans des projets purement artistiques.

C’est vrai que souvent, pour mettre en lumière la technicité et la beauté du crochet, on parle des créations délicates en fils très fin comme par exemple les dentelles. Pourtant, moi, j’ai envie de valoriser cette technique dans des projets de recyclage. J’ai mis longtemps pour y arriver, probablement par crainte que cela soit mal vu ou mal jugé.  Heureusement, le regard a changé et la réutilisation des matériaux est même très tendance. D’ailleurs, on utilise de plus en plus le terme d’upcycling. Il s’agit du recyclage mais qui en fin de création donne de la valeur ajoutée à l’objet recyclé.

Par contre, nous avons une idée fausse sur l’intérêt de l’upcycling. Le client pense que parce que nous recyclons des matières, nos créations devraient être moins chères. Toutefois, dans mon propre travail, je me rends compte que transformer une matière prend énormément de temps, sans compter la difficulté d’adapter des techniques pour avoir un rendu satisfaisant. Pour moi, il s’agit véritablement d’un processus de « recherche ».

Alors, me concernant, j’ai deux axes pour le moment dans la  création. J’essaie d’utiliser les matières jusqu’au bout. Or, comme n’importe quelle passionnée, quand j’achète ma matière première, souvent je ne peux pas avoir les quantités exactes. Et c’est ainsi que je me retrouve régulièrement avec des chutes de tissus mais également de fils. Donc, je découpe les tissus en bandes pour en créer par exemple des carpettes. Il faut souligner quand même que le résultat présente des irrégularités, des nœuds apparents. Mais pour moi, c’est ainsi que je respecte la matière et la technique ! Et puis, j’utilise les fins de fils pour embellir des bouteilles, des pots en verre et ainsi créer des petits objets sympathiques et éco-responsables pour la décoration d’intérieur.

De plus, avec mes lectures récentes sur le design slovaque du 20. Siècle,  j’apprends que la fabrication des tissus et des articles en décoration d’intérieur  reste artisanale très longtemps. Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est le fait que les Slovaques tissaient manuellement leurs tissus en fibres locales comme le chanvre ou le lin. En même temps, pour tisser les tapis, ils utilisaient la laine de leurs moutons. Puis, ils intégraient dans le tissage les bouts de tissus pour en créer des carpettes ! Et voilà, on y est. Certes, j’utilise la technique du crochet mais les finalités se ressemblent, j’en suis assez fière !

A la fin de mon article, je voudrais vous parler de mes deux inspirations : Erika Knight et Molla Mills. Ces deux créatrices ne m’ont pas influencée forcément dans mon travail autour du recyclage mais j’apprécie leurs styles très différents.

Erika Knight – une styliste anglaise, spécialiste du tricot et du crochet. D’après moi, son point fort est qu’elle utilise des beaux fils naturels, mélange des couleurs de telle manière que le résultat est très naturel. En plus, ses modèles sont simples, esthétiques mais surtout, je trouve qu’elle donne beaucoup de modernité et d’intemporalité au crochet qui peut parfois avoir un aspect « vieillot ».

Molla Mills – une jeune créatrice finlandaise au style reconnaissable. Elle utilise le plus souvent les mailles très basiques mais intègre dans le crochet des motifs géométriques qui s’inspirent clairement du design scandinave. D’ailleurs, c’est un personnage haut en couleur, ses créations sont pleines de peps et le travail de couleur est également réfléchi et très harmonieux !

Les deux créatrices ont publié des livres avec des patrons en français, n’hésitez pas, l’investissement vaut le coup !

Leave a comment