THONET m’a étonnée! une histoire incroyable…

THONET et son histoire slovaque

Si vous voulez savoir pourquoi j’aborde le sujet de Thonet, il faut lire la suite, surprenante selon moi!

Parfois, nous nous disons que c’est nous les plus forts ! Dans le bon sens comme dans le mauvais, enfin les meilleurs.  En tout cas, moi, la quadragénaire, je peux être de temps en temps une véritable snob intellectuelle. Par exemple, la délocalisation liée à la mondialisation….ouh pas bon…..Ikea avec ses prix attractifs grâce  au montage et démontage facile des meubles et donc le transport forcément optimisé et moins cher. En plus, les produits imaginés par des vrais designers, waoh !

Mais, il m’arrive parfois de revoir ma copie. Même souvent d’ailleurs car je suis curieuse et j’aime apprendre tous les jours. En lisant le livre, dont je vous parle beaucoup en ce moment, K dejinam dizajnu na Slovensku ( Autour du design en Slovaquie), Martin Hartinik complète mes connaissances sur la marque THONET. Et je suis vraiment « éthonet » ! Je suis sûre que vous ne vous doutez absolument pas que la célèbre chaise N°14 a été fabriquée sur le territoire de la Slovaquie actuelle ! Juste une petite parenthèse : La Slovaquie faisait partie de la Monarchie austro-hongroise avant 1918. Ensuite, elle a été annexée à la Tchéquie pour créer la première République tchécoslovaque. Mais, je ne vais pas vous embêter davantage avec l’histoire de mon pays de naissance, allons voir cette incroyable aventure de la marque autrichienne sur les terres slovaques.

Et là, à ma grande surprise, je comprends que dans les années 1860, une partie de la famille Thonet  s’installe à Velke Uherce en achetant une propriété avec des terres forestières. Mais ils ne viennent pas pour profiter du bon air ! Ils délocalisent une partie de leur fabrication autrichienne car la main d’œuvre  slovaque est bien moins couteuse et la foret leur donne la matière première – le bois- d’une grande qualité !

Au début, Michael Thonet souhaite développer juste une scierie et un atelier pour courber le bois en provenance des fabriques moraves. Finalement, il utilise toujours la même stratégie, c’est-à-dire qu’il fait venir des ouvriers moraves qui transmettent leur savoir-faire aux ouvriers slovaques. D’ailleurs, en 1883, les Thonet créent une école qui se spécialise dans l’instruction des ouvriers qualifiés et des maîtres.

En Slovaquie, Thonet fabrique surtout les chaises. Et c’est là également que nous devons être plus humbles car August Thonet (3ème fils de Michael Thonet) réfléchit  à la fabrication de chaises robustes, de qualités, minimalistes mais naturelles, en essayant de baisser au maximum le prix de revente. Comment ? En créant le mobilier courbé léger en bois. Cette procédure de fabrication baisse significativement la quantité nécessaire de matières premières. En plus, les pièces s’assemblent  par des vis ! Thonet expédie ses produits démontés….vous comprenez maintenant la comparaison avec Ikea ? En plus, ce système d’assemblage facilite la réparation des sièges ainsi que le remplacement des pièces abîmées. Mais ce n’est pas tout.

En 1877, il met au point ses assises en contreplaqué pour remplacer celles en cannage, trop fragiles. Ses assises ont un très grand succès Une année auparavant, Auguste développe la chaise N°18, deuxième produit phare de cette marque !  En tout cas, jusqu’à 1900 Thonet produit autour de 1 671 169 chaises N°14 !

Thonet rachète d’autres scieries en Slovaquie, comme celle de Lomnica  ou de Snina. Dans les années 1890, Thonet emploie 494 personnes ! Il s’agit surtout des ouvriers, des ouvrières et des enfants slovaques car pour la partie de supervision et administrative, il préfère  des Allemands. Les hommes travaillent surtout à la scierie ou dans les ateliers d’ébénisterie ou de ferronnerie.  Ces hommes, en général, finissent, après tant d’années de labeur, lourdement handicapés.

Dans les années 1900-1910, les ouvriers commencent à se rebeller à cause d’un salaire jugé misérable et des conditions de travail difficiles. La grève de 1906 qui a duré  10 jours n’a, malheureusement, rien changé.

Les années de la première guerre sont dures pour la marque Thonet. En 1919, la fabrique n’emploie que 166 ouvriers et produit à peine 10% de la production d’avant guerre.  Et l’exportation des chaises stagne aussi.

En 1923, la fabrication à Velke Uherce s’arrête et une centaine d’ouvriers est licenciée. Le siège de la sociéte est transféré à Zurich et la marque change de nom, elle s’appelle désormais Thonet-Mundus.

Que reste-t-il des Thonet à Velke Uherce ? Leur domaine, école, une villa et maisons des ouvriers. Un relief d’époque de Michael Thonet en bronze va être bientôt installé sur le porche du domaine des Thonet ! Et pour nous tous, il reste la super citation de Michael THONET: « Biegen oder brechen; » ce que je traduis librement: « Courber ou casser. »

Leave a comment